Maison Cha-Ri-Va-Ri

S’imprégner plusieurs jours durant de la vie d’un village comme si j’y avais toujours vécu afin de partager le quotidien de celles et ceux qui souvent depuis plusieurs générations participent à la qualité de vie de nos contrées françaises, artisans, paysans, acteurs locaux, créateurs, façonniers, voilà bien une expérience dont j’avais toujours rêvé.
Grâce à la Maison CHA-RI-VA-RI et à son jeune généreux propriétaire polytalentueux, cette aspiration ancienne s’est réalisée.

C’est au cœur de l’Auvergne, en Haute-Loire, dans le Sud-Est du Massif Central, que j’ai eu le privilège de séjourner dans une maison de famille datant de 1867. Erigée à Lavoûte-Chilhac sur les hauteurs des rives de l’Allier par un médecin de campagne, cette élégante cambuse bourgeoise a été transformée par Thomas, le sémillant propriétaire.

Son idée, comme il le définit, mettre à profit son expérience de professionnel de l’art et de l’aménagement d’espaces à Paris en créant un lieu qui pourrait accueillir une collection de mobilier et d’objets d’art chinés au gré des voyages, au fil des années. Un lieu d’hospitalité dans lequel passants, vacanciers, familles nombreuses, artistes peuvent être domiciliés. Une adresse dédiée à des manifestations et rencontres culturelles.


Je ne pouvais rêver plus noble endroit, plus noble conviviat, plus noble maître d’hôte pour aboucher mon amour de la nature, ma passion pour l’artistique. Maison CHA-RI-VA-RI c’est une auberge de jeunesse raffinée, épurée dans laquelle un personnel en pension-volontariat réceptionne chaque client avec un enthousiasme et une énergie que j’avais rarement rencontrés jusqu’ici. Grâce à eux, grâce à Thomas, je me suis senti un peu chez moi.

Toute l’énergie liée au passé des lieux trouve un second souffle grâce à la sémillance de Thomas. Couplés à ses choix de restauration, les murs exsudent une atmosphère vivante telle qu’autrefois la noble maison s’en appariait. Les matériaux d’origine ont judicieusement été conservés, pour certains redécouverts et mis en valeur : parquet en châtaignier aux différents étages ; pierre de Volvic pour l’imposante cage d’escalier ; dallage chalons gris à chaque palier ; dormants, encadrements, huisseries en bois. Une réhabilitation comme je les aime.


La belle hauteur sous plafond des deux étages à vivre permet de puiser savament la lumière. Des fenêtres et des portes-fenêtres complaisantes soutiennent l’impression de luminosité. Chaque pièce possède cette résonnance particulière des belles maisons de famille d’un temps révolu.
La décoration actuelle prolonge la suite d’une histoire « praeteritum ». Comme si tous les objets désormais présents avaient toujours été là. Un talent qui trouve son origine dans l’expérience de Thomas en tant que collaborateur pour des galeries d’art et des décorateurs, tels que Jacques Garcia. Une sensibilité bien personnelle qui se dévoile dans l’agencement, l’ameublement, les détails d’ornementation choisis. Une miscéllanée truculente ou un voyage stylisé, délicat, raffiné. Des objets familiaux ou chinés.


Le rez-de-chaussée s’ouvre sur un vestibule auquel s’adjoint une pièce galerie d’exposition. La circulation se fait traversante depuis le côté rue pour rejoindre deux salons côté jardin déroulant une vue imprenable sur l’un des méandres de l’Allier. Depuis le balcon filant étiré sur toute la longueur de la maison, un panorama théâtral attend les spectateurs curieux. C’est ici que sont servis les repas : à l’intérieur sur une grande table tout en commensalité ou bien à la belle saison depuis le balcon sur de petites tables à l’esprit guinguette.


Le parquet pointe de Hongrie produit son effet. Un long travail de ponçage lui aura restitué son éclat d’antan. Son relief enlumine les deux pièces. Un piano droit a trouvé sa place dans le salon accort.


Deux couleurs dynamiques et toniques sont omniprésentes dans la maison : le bleu et le jaune. Le bleu que l’on retrouve sur les volets de la bâtisse, en extérieur et en intérieur associé au jaune courant sur les soubassements, en longeant les plaintes, recouvrant les portes. Un jaune soleil, un jaune citron. Soleil citron. De belles couleurs d’été, de gaieté.

J’ai déjà hâte de gravir le grand escalier pour découvrir la chambre qui m’a été attribuée. Quatre chambres dont deux suites sont aménagées au premier étage. Deux suites vue rivière : « Atlas » et « Cham » ! Deux chambres côté village « Le Bois » et  « Mercœur » ! Des malles, des valises réparties çà et là dans la maison, sur les paliers de l’escalier rappellent l’esprit voyage, l’idée voyageur, l’âme voyageante.


Ma suite « Cham » est aérienne, agréable, spacieuse et généreuse. Une suite de 45 m² aux tonalités jaune et bleu. Deux grandes ouvertures sur la nature ajoutent à l’agrément de la pièce. Le grand lit est idéalement centré pour ne rien manquer du lever de soleil.

Petite cheminée, coin bureau, toujours avec la même ligne de décoration. C’est simple, abrégé, aménagé dans une joliesse toute spartiate. Petit coin dressing ouvert, de jolis cintres posés sur une branche suspendue. Détail si gracieux : une reproduction d’un dessin en clin d’œil à Jean Cocteau est peint sur le mur au-dessus de la cheminée. Une surprise inespérée, moi l’inconditionnel du poète, du peintre, du dessinateur, de l’écrivain, du cinéaste.

Derrière une jolie porte jaune qui a conservé son papier peint fleuri d’origine se trouve la salle d’eau avec douche à l’italienne. Plancher peint en blanc laquée. C’est une suite que j’affectionne tout particulièrement, une chambre tout confort, à la lumière exceptionnellement étincelante du matin au soir. Il va faire bon vivre quelques jours ici.

Chaque chambre de Maison CHA-RI-VA-RI est personnelle, personnalisée, unique, cosy, intime, bien vivante.

En ce premier soir, l’imprévu aura guidé mes hésitations. Thomas m’a donc proposé de dîner sur le balcon. Un apéritif convivial m’y attend. Une soirée unique au cours de laquelle j’ai pu jouir pleinement de la vue spectaculaire qu’offre l’emplacement de l’honorable masure. Moment suspendu au propre comme au figuré. Le dîner aura été gustatif, généreux, fait maison, avec des produits locaux, le tout agrémenté par la qualité du service et d’accueil de toute l’équipe aux petits soins. De nombreuses attentions très touchantes m’auront été réservées.


Le village est calme en cette heure douce d’un été indien prolongé. Lavoûte-Chilhac est une bourgade bien vivante malgré sa géographie rurale profonde. Elle a su conserver une vitalité toute villageoise. De nombreux lieux participent à l’animation du village labelisé comme l’un des plus beaux villages de France ». Ses petits cafés, sa brasserie, ses restaurants aux noms doucettement nostalgiques dont le célèbre « Restaurant des Copains » un endroit unique avec sa clientèle locale, son épicerie au charme surranné qui m’a bien dépanné, tout témoigne d’un dynamisme réel.

Pour les amoureux de navigation sur l’eau, des animations en canoë sont proposées sur l’Allier en départ au pied du pont datant du XVe siècle. De Mai jusqu’à Octobre, depuis les berges du fleuve, « Les Mob à Manu » s’installent pour le plus grand plaisir des amoureux de mobylettes vintage offrant ainsi une alternative « fun » et désopilante à ceux qui souhaitent parcourir la région en mode décontracté.


L’attrait touristique majeur de la région réside dans la richesse et la beauté de la nature environnante. De nombreux sentiers et autres GR encerclent ou traversent le village, accessibles depuis Maison CHA-RI-VA-RI. Des heures de marche ou la promesse de vues imprenables couvrant une bonne partie du panorama local.


J’ai littéralement craqué sur l’esprit du jardin CHA-RI-VA-RI. Une émanation « guinguette » voulue et aménagée par Thomas. Sur toute sa superficie, des tables, des chaises longues y sont disséminées. De même un hamac attend ses hôtes à l’orée du bosquet. C’est coloré, chaleureux, à l’abri des regards du dehors qu’une végétation fournie vient renforcer. Un recoin potager produit ses légumes ; quelques pommiers généreux délivrent le fruit de leur germination à la saison voulue.

La petite cabane bleue à auvent et aux guirlandes lumineuses présage d’être le cadre idéal pour venir siroter une bière, un jus de fruit, un cocktail maison. Des jeux de société sont à disposition à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Des soirées concert sont également organisées. Une réussite incontournable cette Guinguette CHA-RI-VA-RI.

Je mesure la chance et le privilège de séjourner et de dormir au sein de la Maison CHA-RI-VA-RI, au centre d’un village pittoresque de l’Auvergne. La nuit fut rêveuse et le sommeil profond, une belle nuit en lien avec le réveille-matin. Poussant les volets persiennés, je découvre la lumière diaphane et pénétrante, tamisée de chaleur et veloutée d’un petit air frais revigorant si typique de la contrée. Ces premiers rayons s’invitent dans la chambre colorant la pièce d’un filtre oranger radieux. Je me laisse réveiller doucement.


Tel un grand brunch familial dressé sur la grande table de la salle à manger, Maison CHA-RI-VA-RI propose un petit-déjeuner que Gargantua n’aura pas renié. Il faut voir Thomas s’affairer réglant les ultimes détails de son installation millimétrée. Tout dans l’esthétisme. Fabuleux ! Ce matin, les projecteurs de la lumière matutinale transforment la scène en véritable tableau. Le clocher de la Basilique en arrière-plan ajoute à l’effet polyptyque.


Le petit-déjeuner de Maison CHA-RI-VA-RI ressemble exactement à l’idée que je me fais de ce que doit être un petit-déjeuner digne de ce nom. Sous mes yeux, je découvre avec délectation : grosse miche de pain de campagne, beurre à la coupe, corbeille de viennoiseries généreuse, pain perdu, crêpes, gâteaux, fruits, laitages, fromages, confitures maison, miel, granola… Chaque personnel, chacun son tour, aura préparé une spécialité de son pays d’origine, de sa région. Lors de mon passage, j’aurai eu droit à quelques entremêts d’Argentine, d’Inde, d’Alsace. Convivial et gourmand.


Mon premier repas du jour se déroulera comme la veille sur la même petite table du balcon. J’ai comme qui dirait déjà pris des petites habitudes.

Tant de visites, activités sont à faire dans cette magnifique région. Deux villages sont restés dans mes favoris Chilhac et Chanteuges situé tous les deux dans la région de la Haute-Loire en région d’Auvergne-Rhône-Alpes. Entre ces villages, les paysages sont typiques, la route longe l’Allier, c’est bien vert, un plongeons en pleine nature.

Un grand merci à Thomas pour cet accueil si particulier dans son « Cha-Ri-Va-Ri ». Merci pour cette délicatesse, cet enthousiasme , cette belle énergie si vivante que vous avez su prolonger et donner à cette belle demeure.

Adresses, lieux visités, marques citées :

  • Maison Cha-Ri-Va-Ri – Route de Brioude / Sentier des jardins Lavoûte-Chilhac, 43380, France – 06 19 42 10 85 –maison.charivari@gmail.com

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s